Barça – PSG. La culture de la loose, mal bien français [COMMENTAIRE]

Cet article lu dans Ouest-France ce matin complete bien mon billet d’hier soir.

http://www.ouest-france.fr/sport/football/ligue-des-champions/barca-psg-la-culture-de-la-loose-mal-bien-francais-commentaire-4845787 @ouestfrance

Publicités

Merci PSG

Je parle très rarement de sport et encore moins de foot (que je déteste) mais là je ne peux pas passer passer une telle occasion de donner mon avis.

Merci au PSG, à l’occasion de sa magnifique défaite de ce soir face à Barcelone, de nous prouver, si on en doutait encore, que les équipes françaises, et les sportifs français en règle générale, sont totalement incapables de régularité  : impossible pour eux d’aligner deux performances.

Et en plus on n’attendait même pas une performance de leur part : même en perdant 3-0 ils étaient qualifiés et là ils se prennent un 6-1 : MA-GIS-TRAL!!

C’est qui les prochains sportifs français « hyper favoris » qui vont se prendre une grosse veste? Allez je parie sur un tennisman … Tsonga? Non!!! je je vais quand même pas tirer sur une ambulance.

 

Comment faire de jolis plats?

Il ne s’agit pas ici d’un article montrant mes recettes et donnant des astuces, mais plutôt d’une vraie question que je pose, en particulier aux personnes qui suivent mon blog et qui ont eux-même un blog culinaire : comment améliorer l’aspect visuel de mes plats?

Comme vous avez pu le constater, je publie régulièrement des recettes qui brillent plus par leur goût que par leur aspect.

D’une part j’ai conscience que la qualité des photos est très médiocre. Je n’ai que mon téléphone portable et souvent un très mauvais éclairage, ce qui donne un rendu pas terrible. il y a donc une première piste d’amélioration visuelle ici.

Mais d’autre part, je n’ai pas du tout l’impression de savoir présenter. Je sais que cela s’apprends, j’aimerais bien savoir comment sans tomber dans des poncifs ou des présentations éculées, du genre un trait de pinceau pour étaler une sauce que personne ne mangera malheureusement ou encore les assiettes minimalistes que l’on peut voir parfois dans des restaurants.

J’aime la couleur, la profusion, la brillance, mais j’arrive rarement à les faire apparaître. La couleur est souvent affadie par la cuisson (voir les photos de ma quiche saumon-poireaux), la profusion donne souvent des assiettes très moches où tout déborde (par exemple mon rôti de porc aux poires) …

Que me conseillez vous?

« Accès interdit aux personnes non autorisées »

C’est le genre d’expression qu’on lit et qu’on entend partout. À proximité des chantiers du métro, à l’entrée de certaines zones dans des entreprises.

Mais … si on n’est pas autorisé, c’est qu’on ne peut pas entrer. Et si on peut entrer, c’est qu’on est autorisé! non?

Ce genre de redondance m’agace un peu mais en même temps a sa justification : on dit deux fois la même chose mais si on se limitait à « accès interdit », cela sous entendrait que personne n’a le droit de franchir le panneau, or il faut bien que des personnes puissent passer pour aller y travailler (par exemple), elles sont donc autorisées …

Pourquoi pas noter « accès interdit, sauf autorisation »?

C’est un débat essentiel, je suis sûr que vous en comprenez les enjeux fondamentaux.

Bonne année 2016

C’est avec les magnifiques paysages de Bretagne, sur le site de Ploumanach, que je viens cette année vous souhaiter à tous une excellente année 2016.

ploum

Région enchanteresse que je ne me lasse pas de découvrir et qui m’apporte beaucoup, et que j’ai décidé cette année de vous faire partager, avec la création d’une nouvelle catégorie dans mon blog et la promesse de publier beaucoup plus d’articles en 2016.

Une région de gastronomie aussi, qui me permettra de remettre à jour la catégorie « je suis un p’tit chef », même si je cuisine beaucoup moins depuis que j’ai un vrai chef à la maison, à qui je ne peux pas faire de concurrence, car je ne lui arrive pas à la cheville.

De belles résolutions donc, qui je l’espère seront tenues.

Plein de bonne choses à tout le monde en 2016.

Carpe Diem

34 ans et toutes ses dents (même pas vrai)

En ce jour d’anniversaire … quelques réflexions me viennent à l’esprit

J’ai récemment lu dans un article du Parisien que 33 ans est considéré comme l’âge du bonheur, âge auquel, je cite l’étude : « on a choisi d’être seul ou en couple, d’avoir un enfant ou d’attendre un peu, et si l’on a des enfants, ils sont encore très jeunes et sont donc un facteur positif de notre vie. En même temps, nos propres parents sont encore jeunes et indépendants, ils ne représentent ni une charge, ni un souci. Et puis, à 33 ans, on a généralement beaucoup d’amis »

Que penser alors de ma 33ème année qui s’achève et les 32 précédentes? suis-je à l’apogée de ma vie? J’espère que non.

Cette année aura cependant été riche en changements, même si le résultat de ceux-ci reste encore à ce jour incertain : changement de région, donc de lieu de travail, découverte de nouveaux lieux et de nouvelles personnes, et j’en passe. Je n’ai pas l’impression d’avoir complètement tout choisi dans mon existence, à voir …

Suis-je plus optimiste que précédemment? Je ne crois pas, j’ai au contraire plutôt l’impression que ce sont les années à venir qui me le diront.

33, 34 ou 35 ans peu importe l’année. J’ai clairement l’impression d’être à un moment charnière, un de ces instants dans une vie où on se demande ce qu’on a fait jusque là et ce qu’il nous reste à faire. je ne vous cache pas que quand je regarde derrière moi je ne vois pas beaucoup de traces laissées dans le sable … à moi peut être de faire en sorte que les prochains pas s’y impriment.

Crise de la trentaine? oui certainement

 

308505

 

Nouvelle ministre

Je partage aujourd’hui le discours de prise de fonctions de Najat Vallaud Belkacem dans son poste de ministre de l’éducation nationale.
On peut penser ce qu’on veut de la politique menée par ce gouvernement, des politiques en règle générale, supposés éloignés des préoccupations des français, mais quand on voit l’émotion de cette femme alors qu’elle accède au 4ème poste gouvernemental, on ne peut que lui trouver une réelle humanité et lui dire bonne chance.

Je suis comme elle, un pur produit de l’école républicaine. Il y a encore 50 ans, je n’aurais pas pu avoir accès gratuitement et librement à un enseignement qui, certes, a ses défauts et doit encore être amélioré, mais qui permet encore à tous ceux qui le veulent de progresser dans l’échelle sociale.
Alors je ne peux que me reconnaître, toutes proportions gardées, dans le discours de celle qui devient aujourd’hui « ma » ministre, et je lui souhaite vraiment de réussir dans ce contexte aussi difficile.

Passation de pouvoir : discours de Najat… par EducationFrance